Le bonheur était là, Claire Zamora



Date de publication : le 4 mars 201 
Edition : Hugo Roman 
Pages : 360
Genre : Contemporain 
Prix : 16,95€ en papier / 9,99€ en numérique

~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~

Un roman qui ne m'a pas convaincue... 


Je ne sais pas vraiment à quoi je m'attendais en cimentant cette histoire mais clairement à quelque chose d'optimiste plein de bonne humeur ! Je crois que je me suis laissé berner par la mention "feel good" parce que même si l'héroïne de cette histoire va grandir, évoluer et prendre des décisions qui vont changer sa vie, on est quand même sur une histoire particulièrement dramatique. 

Lucie est une carriériste. Elle aime son travail. Elle aime les challenges. Et elle brigue le poste de dirigeante. Elle est à un doigt d'atteindre son but quand son meilleur ami l'appelle de l'hôpital. Le verdict tombe rapidement : Cancer inopérable. Enzo n'a plus que quelques mois à vivre et il ne veut pas les passer à l'hôpital, à multiplier les traitements assommants. Non, il veut que ses derniers mois comptent. Il veut les passer à Bali, dans une association qui bâtit une école pour ceux qui ont tout perdu. Et il veut que Lucie l'accompagne.

Globalement, j'ai trouvé que l'histoire mettait beaucoup trop de temps à commencer. Page 200 (sur 360) et ils arrivent seulement sur l'île ! Heureusement, j'ai trouvé l'histoire bien plus intéressante à partir de ce moment là. Lucie n'est pas vraiment prête à embrasser le changement mais elle fera tout pour Enzo et j'ai beaucoup aimé leur solidarité, leur amitié qui résiste au temps et à toutes les épreuves. 

Sur cette île dont ils découvrent le côté moins paradisiaque que ce que connaissent les touristes, ils vont faire la connaissance de Nolann qui, lui aussi, est un citadin qui a tout quitté. J'ai d'ailleurs plutôt bien apprécié la manière dont sa présence est amenée dans l'histoire. J'aurais d'ailleurs aimé en apprendre plus sur lui parce que je l'ai trouvé très intéressant. 

Grâce à Nolann, Lucie et Enzo découvrent le quotidien de personnes aux antipodes des Parisiens pressés et stressés qu'ils sont. Ils découvrent des enfants qui rient en allant à l'école, des familles en deuil qui leur semblent pourtant plus optimistes qu'eux-mêmes. C'est un beau message que celui qu'ils reçoivent auprès de cette population.

Cette histoire est une bonne idée mais je regrette le manque de rythme et le fait que je n'ai, malheureusement, pas su m'attacher aux personnages. J'aurais aimé plus d'émotions et de bonheur. 
Je pense que je m'attendais à autre chose... 





Bonne journée 
Bisous
💛

Camille

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire me fait toujours très plaisir ♥

Retrouvez-moi aussi sur...

Mes dernières chroniques :  

Sponsor

Toutes les maisons d'édition :  

Facebook

Tous les genres:  

Tous les genres