La Colline aux Esclaves, Kathleen Grissom


Date de publication : 2014 (VO : 2010)
Titre VO : The Kitchen House 
Edition : Charleston, Pocket 
Pages : 520
Genre : Historique, Drame
Prix : 19,90€ en GF / 8,10€ en poche / 7,99€ en numérique
Lien d'achat : Amazon

~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ 

J'ai profité de l'OP AllStars pour acheter quelques romans en numérique et notamment des livres qui appartiennent à un style que je ne lis pas beaucoup : l'historique. J'ai essentiellement acheté des livres des éditions Charleston qui se passent à différentes époques et le premier que j'ai souhaité lire se déroule en Virginie au tout début du XVIIIe siècle. 

Une lecture intense


La petite Lavinia a 6 ans lorsqu'elle arrive à Tall Oaks, une plantation de café dirigée par le capitaine Pykes. Elle est irlandaise et a perdu ses parents pendant le trajet. Elle arrive à la dépendance pour travailler comme domestique de la grande maison et habite avec les esclaves noirs qui deviennent rapidement sa nouvelle famille. C'est une petite fille naïve mais terriblement courageuse et gentille qui va vivre son enfance à fond malgré le travail et les conditions de vie difficile. Elle va voir la misère des uns et les drames avec ses yeux d'enfants et apporter une vraie douceur.

Si le capitaine Pykes est un homme bienveillant et intelligent, il n'en va pas de même du contremaître et du tuteur qui vont rapidement embarquer le jeune fils Marshall dans leurs hostilités. Quant à Mme Martha, la maîtresse de la maison, elle est malade et ne peut donc que peu se faire entendre. Si j'ai eu du mal avec ce personnage au début du récit, je dois dire qu'elle m'a beaucoup touchée et qu'elle s'est donné du mal malgré tout ce qu'elle a enduré. 

La couleur, le papa, la mama, on s'en fiche. On est une famille, on prend soin les uns des autres. La famille nous rend forts quand les temps sont durs. On se soutient tous, on 'aide tous. C'est ça, une famille. 

Lavinia vit en compagnie de Belle qu'elle considère comme sa nouvelle mère, Mama, Papa, les jumelles Beattie et Fanny... Tous forment sa famille et elle s'imagine passer sa vie servir ses maîtres tout en vivant à la dépendance. Elle ne réalise pas que sa couleur de peau va lui offrir un destin tout à fait différent mais en rien plus agréable.

La colline aux esclaves est un roman extrêmement intense. J'avais une boule au ventre dès que j'ouvrais mon livre tant les drames se succèdent à un rythme effréné. J'en ai mal dormi la nuit... C'est rare qu'un livre m'atteigne autant. C'est à croire que les personnages n'ont pas un moment de répit. Il y a les accidents, les maladies... mais ce n'est rien à coté de la cruauté de certains hommes. Je me suis sentie tellement bête d’imaginer que certains pouvaient changer, de penser que sous l'influence de personnes aimantes ils pourraient s’apaiser et se repentir. 

Heureusement, Lavinia va aussi rencontrer quelques personnes merveilleuses mais elle reste une jeune fille naïve a qui on n'a jamais dit toute la vérité, ce qui va la pousser à faire des choix pas toujours très judicieux... 

Et puis il y a Belle qui pend la narration de temps en temps. Elle, a vécu l'inverse : une enfance heureuse dans la grande maison avant de rejoindre le quartier des esclaves. Son histoire est bouleversante et elle reste pourtant si forte. 

Alors que j'ai eu du mal à rentrer dans cette histoire à cause de la multitude de personnages et parce qu'il s'agit d'un genre auquel je ne suis pas très habituée, j'a dévoré les deux derniers tiers ! Le style d'écriture est efficace avec du suspense, de l'action et des rebondissement qui font frissonner. C'était devenu une obsession, j'avais besoin de savoir ce qui allait se passer. Besoin d'espérer une fin heureuse pour tous ces personnages si attachants qui le méritent plus que personne. 

Bilan


J'ai beaucoup aimé découvrir La colline aux esclaves même si cette lecture fut très oppressante. Je me suis beaucoup attachée aux personnages et en particulière à Belle et Lavinia.
Je regrette cependant l'absence d'épilogue parce que je trouve que le livre se termine alors qu'on n'en a pas vraiment fini avec les personnages. J'aurais aimé quelques pages de plus. 



Bonne journée 
Bisous
💛

Camille

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire me fait toujours très plaisir ♥

Retrouvez-moi aussi sur...

Mes dernières chroniques :  

Sponsor

Toutes les maisons d'édition :  

Facebook

Tous les genres:  

Tous les genres