Retrouvez-moi aussi sur...

Mes dernières chroniques :  

lundi 20 juillet 2015

The Book of Ivy - Coup de coeur pour cette superbe dystopie ♥

Bonjour,

Aujourd'hui est un jour important : je vous présente un petit bijou littéraire, un roman que j'ai dévoré et que je ne voulais pas lâcher, j'ai nommé : The Book of Ivy, d'Amy Engel. 

"De nos jours, plus personne ne porte de robe blanche à son mariage."

Avec en guest, le chat qui veut manger la Kindle ☺
Titre : The book of Ivy
Auteur : Amy Engel
Date de publication : 2015 (2014 en VO)
Editions : Lumen
Pages : 342
Résumé :
Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.
J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.
Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…
Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.
Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

Une dystopie originale
A mon habitude, je n'avais lu le résumé qu'en diagonale, et ce, il y a quelques mois. En vue de l'engouement pour ce roman, je me disais que je pouvais y aller les yeux fermer et que j'aurai le maximum de surprises comme ça !
Comme de nombreuses dystopies, The Book of Ivy prend place aux US, dans le futur après une grosse guerre qui a ravagé une très bonne partie de la planète. Les quelques survivants sont parqués dans une ville, fermée par une barrière, aussi bien là pour empêcher les intrus de rentrer que pour faire peur aux citoyens de la ville. En effet, un manquement à une règle entraîne l’expulsion et donc la mort assurée.
La guerre ayant bien amoché les ressources, les habitants sont dans une société très précaire : plus de voitures, pas assez d'électricité pour faire fonctionner des réfrigérateurs...

Lorsque la ville a été mise ne place, deux idéologies sont sont affrontées : d'un coté les Lattimer de l'est voulaient instaurer une dictature pour protéger aux mieux les citoyens et éviter les débordements, de l'autre coté les Westfall, de l'ouest, fondateurs, cherchaient à appliquer une démocratie pour que les habitants soient acteurs des décisions. Après l'affrontement, le président Lattimer a divisé la ville et a imposé "un rituel" : l'année de leurs 16 ans, les jeunes filles de l'ouest devront épouser un jeune homme de l'est, et inversement. Les couples sont choisis par des décisionnaires après des tests de personnalité afin de former des duos les plus assortis possibles.
Dès ce jour, plus question pour les femmes de travailler, elles emménagent avec leur nouveau mari et doivent consacrer leur vie à faire des enfants pour repeupler la ville.
Si la plupart des jeunes filles attendent cette cérémonie avec impatience, ce n'est pas le cas d'Ivy.
"La paix ne dure que tant que le camp des mécontents a encore quelque chose à perdre en cas de révolte. [...] Dans l'arsenal du président Lattimer, notre obéissance aveugle est l'arme la plus efficace de toutes"

Ivy, c'est la fille du leader de l'ouest, elle prône la démocratie et voue une haine sans fin au président Lattimer, responsable de la mort de sa mère. Elle est promise à Bishop, le fils du président. Mal à l'aise avec toutes les obligations du devoir conjugal, elle redoute énormément la cérémonie et ses suites, d'autant plus qu'elle a un autre objectif à atteindre...
"Épouser Bishop Lattimer, ce n'est pas accomplir mon destin. Ma mission n'est pas de le rendre heureux, de porter ses enfants et d'être sa femme. Ma mission, c'est de l'assassiner."


Un monde où tout n'est pas noir ou blanc
Dans Hunger Games, le méchant, c'est le président Snow. Dans Divergent, la méchante c'est Jeanine. Dans Labyrinthe, les méchants, c'est WICKED. Dans The Book of Ivy et bien c'est plus ambigu.... Non seulement Ivy va très vite se rendre compte que Bishop est loin d'être un salop de tyran autoritaire mais en plus, elle va être amenée à remettre en question ses opinons sur le président mais aussi sur son propre père. Elle est de plus en plus partagée et c'est vraiment intéressant de la voir se poser de plus en plus de questions.
"Je ne suis plus convaincue de rien à part du fait que je ne veux pas qu'il meure."


Des personnages complémentaires
Bishop et Ivy ont grandit dans deux parties différentes de la ville mais ils ne sont pas si différents. Ils sont tous les deux très solitaires, sans véritable ami. Ils ont grandit sans l'amour de leur mère (Ivy parce qu'elle est morte, Bishop parce qu'elle est particulièrement froide). Ils veulent un monde meilleur. Ivy veut une démocratie comme son père, sans mariages arrangés ; Bishop veut un gouvernement plus souple et découvrir ce qu'il y a au delà de la barrière.

J'ai adoré leur complicité naissante, le fait que Bishop est juste adorable avec elle et qu'Ivy apprenne enfin ce que c'est d'avoir quelqu'un qui tient à soi... 
"Je sais que Callie a raison. Avoir des sentiments pour lui, n'importe lesquels, c'est l'acte le plus dangereux de tous. Pire que d'être découverte ou de commettre une erreur. Même en sachant que je ne peux pas me permettre de ressentir de l'affection pour Bishop, je comprends que c'est trop tard. J'en ressens déjà." 


Bilan
C'est un sans fautes pour cette dystopie qui m'a embarquée avec un scénario hyper original, une héroïne qui évolue, un héro adorable et des personnages secondaires complexes. On est comme Ivy, on ne sait plus à qui on doit faire confiance et on se rattache à Bishop, le seul qui semble un minimum honnête.
"Je veux être une personne assez forte et courageuse pour prendre des décisions difficiles. Mais je veux être assez juste et aimante pour prendre les bonnes." 



Bref, vous l'avez compris, The Book of Ivy est un énorme coup de cœur. Cette dystopie est une vraie pépite et vu que la suite ne sort en VO qu'en novembre prochain, j'aurai le plaisir de relire ce premier tome avant la suite... D'ailleurs, ils ont intérêt à avancer rapidement dans la traduction parce que finir comme ça, c'est une sacrée torture !
"Il ne m'a pas sauvé. Il m'a permis de me sauver moi-même, ce qui est la plus belle façon de retrouver sa liberté."

Bisous et bonne lecture !
♥ ♥ ♥



2 commentaires:

  1. Maintenant que j'ai lu le livre, je peux enfin lire ta critique. Et j'adore les passages que tu as choisis :D Ainsi que l'analyse que tu en fais. Je l'ai reçu en cadeau à Noël et moins de 24h après, je l'avais terminé. C'est vrai que c'est un petit bijou, et tout en gardant les codes des livres dystopiques, il y a une réelle originalité, et on s'en aperçoit au fil de la lecture.
    Ce que j'apprécie c'est que la liberté est au centre des préoccupations d'Ivy, elle veut rendre la liberté au peuple, et pour cela s'en prendre à Bishop mais avec le temps, elle se rend compte qu'elle aussi a vécu un endoctrinement par sa propre famille et que c'est Bishop qui lui rend sa liberté.
    Le seul petit bémol serait peut être le côté un peu prévisible des situations par le fait du style d'écriture de l'auteur. Comme par exemple le fait qu'elle ne prononce pas au début le prénom de Bishop alors que lui le fait tout le temps, on sent que lorsqu'elle va le faire cela aura une importance. Ou même l'histoire du chien, puisque rien n'est mis en fioriture par l'auteure donc on sait qu'on y reviendra. Après ça n'enlève pas la qualité du livre, donc ce n'est en rien dérangeant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de faire mes critiques sans spoiler l'histoire pour ceux qui ne l'ont pas encore lu parce que le but, c'est surtout de présenter le livre. Mais je suis comme toi, je suis méfiante !
      Je suis bien d'accord avec toi, c'est un petit bijou !
      J'ai beaucoup aimé la façon dont Ivy commence à réfléchir par elle même, que son père n'a peut être pas raison sur tout et la famille de Bishop si méchante...
      Je suis d'accord avec toi pour le coté prévisible (ça reste du young adult) mais ça ne m'a pas dérangé.
      Il te reste le 2 à découvrir !!

      Supprimer