Bienvenue à High Rising, Angela Thirkell


Date de publication : 2 octobre 2018 (VO : 1933)
Titre VO : High Rising 
Edition : Charleston 
Pages : 248
Genre : Romance historique 
Prix : 17,90€ en papier / 12,99€ en numérique
Lien d'achat : Amazon

~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~

Moi qui suis fan de littérature victorienne, qui adore les sœurs Brontë et Jane Austen, j'avais envie de repartir un peu dans le passé pour changer de mes lectures habituelles... Ouais, bah j'aurais mieux fait d'éviter. Je n'aime pas vraiment parler de ces livres qui ne m'ont pas plu mais comme j'ai eu ce roman avec Babelio, je n'ai pas vraiment le choix alors c'est parti... 

Très décevant


Bienvenue à High Rising prend place dans la campagne anglaise, un décors qui a le don de m'enchanter. Notre héroïne, Laura est une veuve qui habite entre Londres et sa maison de campagne, surtout lorsqu'elle récupère son plus jeune fils pendant les vacances scolaires. Elle a un très bon train de vie notamment grâce aux romans qu'elle écrit et dont le public raffole ! 
J'ai apprécié sa relation avec son fils qui est assez marrant à toujours parler de locomotives. Elle joue les mères exténuées mais on voit qu'elle aime énormément son fils. 
Son ami/voisin, lui aussi écrivain et veuf habite dans le village voisin avec sa fille et tout le monde ne parle que de sa nouvelle secrétaire. A la fois gentille et passionnée, il semblerait qu'elle soit également très colérique et un brin manipulatrice. Ce pourrait-il qu'elle n'ai en tête que d'inciter George Knox à l'épouser ? 
Aidée par Anne, sa propre secrétaire, Laura a bien l'intention de mettre un terme à ces machinations. Et si, par la même occasion elle organisait une rencontre entre la douce Sibyl Knox et Adrian Coates, son éditeur londonien ? 

Ce coté nunuche est vraiment adorable. 

J'ai été gênée dans cette histoire par la différence entre les situations des femmes. Soit elles sont brillantes et autonomes, soit elles vont se marier et dans ce cas, il vaut mieux qu'elles soient gentilles mais pas trop futées... Je vous avoue que j'ai grincé des dents plus d'une fois... Certes, ce roman a été publié dans les années 30 en VO mais quand même, c'est assez gênant. Je crois que le seul personnage que j'ai apprécié en fait c'est Anne, qui m'a fait sourire avec ses airs de détective. Franchement, les autres ne sont pas du tout attachants... 

Si l'intrigue était plutôt sympathique et intrigante avec notamment les machinations du succube comme Laura et Anne appellent la secrétaire de George ; j'ai trouvé le rythme affreusement long. Le roman ne fait même pas 250 pages et j'ai eu l'impression de lire une brique de 800 pages. C'est lourd de questionnements entre les personnages, de remises en questions sur ce qu'il faudrait faire ou ne pas faire, dire ou  ne pas dire... Clairement, je me suis ennuyée dans cette histoire où je cherche encore le coté "extrêmement amusant" vanté par la quatrième de couverture. 

Bilan


Pfff... Quelle lecture laborieuse. Moi qui étais enchantée de me plonger dans une histoire du début du siècle dernier, j'ai vite déchanté. Je n'ai apprécié ni les personnages, ni la plume de l'auteur vraiment lourde, ni l'intrigue trop facile et puis bonjour les réflexions sur les femmes qui ne sont bonnes qu'à être de "ravissantes idiotes"... 







Bonne soirée
Bisous
💛

Camille

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit commentaire me fait toujours très plaisir ♥

Retrouvez-moi aussi sur...

Mes dernières chroniques :  

Toutes les maisons d'édition :  
Tous les genres:  

Tous les genres