Quand la nuit devient jour, Sophie Jomain


Date de publication : 27 avril 2016 en GF et 10 janvier 2018 en poche
Edition : Pygmalion et J'ai lu 
Pages : 224
Genre : Contemporain

~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~

Un livre sur la dépression dont le personnage principal s'appelle Camille... Malgré les bons avis et les conseils je n'avais pas le courage d'acheter ce livre. C'est BettieRose qui ne m'a pas laissé le choix en me l'offrant en début d'année et j'ai profité de mes jours de vacances pour le lire. Parce que c'est un roman intense, j'ai choisi de le commencer un matin où je savais que je n'aurai rien à faire pour pouvoir le lire d'une seule traite... 

Un roman fabuleusement écrit 


Comme je vous le disais, j'ai eu du mal à me décider à lire ce livre, malgré les excellents avis que j'ai pu lire au cours de l'année dernière... Pourquoi ? Et bien à cause du pitch de départ : Camille a 29 ans, elle est franco-belge et est dépressive depuis aussi longtemps qu'elle se souvienne. Parce que son état semble incurable, elle a choisi de se faire euthanasier. Personnellement, ça me rappelais beaucoup l'histoire d'Avant toi qui m'avait laissée le cœur en miettes et avec une dose de "non, je ne suis pas d'accord", du coup, j’appréhendais énormément cette lecture. J'avais peur que ce soit hyper dramatique et je peux vous dire qu'il n'en est rien.

L'histoire commence rapidement avec la narratrice qui balaie ses années d'enfance, d’adolescence, de début d'adulte en quelques pages. Elle revient avec beaucoup de distance sur son mal-être, son sentiment de n'être jamais à sa place, son dégoût d'elle-même, ses déceptions... Même si c'est très touchant, l'auteure raconte ça avec tant de rapidité que je n'avais pas non plus le temps de m'arrêter sur chacun des faits, ce qui évite justement de tomber dans le mélo-dramatique. 
Au fil de ces pages, j'ai tout à fait compris l'état d'esprit de Camille et son choix semble tout naturel. Il faut dire qu'elle a déjà fait deux tentatives de suicide et que cette fois, elle a envie de faire les choses bien, de manière plus posée. 
Il faut savoir que l’euthanasie est autorisée en Belgique. Camille a donc eu recours a un comité de médecin qui a approuvé sa demande... 
Toute cette introduction est très posée, très calme, jusqu'à la confrontation avec ses parents. Son père comme sa mère a toujours apporté beaucoup d'amour à Camille, qu'ils se sont énormément inquiété pour elle au fil des ans, qu'ils sont tenté de la soutenir dans ses années d'anorexie, de boulimie, qu'ils lui ont fait rencontrer des experts... Vraiment, cette première altercation est vraiment difficile. Entre colère, tristesse, déception, ce sont eux qui m'ont le plus attristée... 

Ils demeurent l'unique raison pour laquelle je ne mets pas fin à mes jours dans la sauvagerie. Mais leur amour ne suffit plus. Je suis et je ne veux plus être. 

Camille a choisi de finir ses jours dans un centre de repos où elle sera suivi par un psychologue non pas chargé de la guérir, puisqu'il a été démontré que ce n'était pas possible, mais de l'accompagner dans sa fin de vie. Pendant ces quelques semaines, elle va continuer d'essayer de lutter contre le monde qui l'entoure, toujours avec beaucoup de difficulté. Certains passages sont mêmes très durs comme lorsqu'elle fini par faire une crise de panique parce qu'elle a voulu aller acheter des baskets en ville ou toutes ces journées où elle reste couchée, dans le noir, à ne rien consommer d'autre qu'une flopée de médicaments. Et puis il y a les rendez-vous avec ses parents, enfin, avec son père plutôt puisque sa mère ne veut plus la voir. Ils continuent vainement d'espérer que ce centre de repos lui apportera l'apaisement nécessaire pour revenir sur sa décision. 
Mais il y a aussi de beaux moments, les visites de Brigitte, ses retrouvailles avec sa tante et les rendez-vous avec Antoine, enfin, le docteur Peeters... 
Ca a d'ailleurs été une grande source incompréhension pour moi : pourquoi ajouter de la romance dans cette histoire ? Pour nous faire pleurer encore plus ? Pour nous montrer que l'amour ne sauve rien ? (C'est bon, j'ai compris avec Avant toi ^^). J'étais frustrée parce que je ne comprenais pas le but de l'auteure et que ces deux-là étaient si mignons ensemble ! Camille se rend compte de suite qu'elle craque sur lui mais il va falloir plusieurs rendez-vous avant de se rendre compte que ce sentiment est plus que partagé... 
Je ne vous dirai évidemment pas ce qu'il en est mais ces petites bulles de bonheur étaient une vraie bouffée d'air frais.

Chaque personne devrait avoir le droit de mourir dignement. Quel que soit le mal dont elle souffre, invisible ou pas. 

Ce que je retiendrai surtout de cette lecture, c'est la beauté de la plume de Sophie Jomain. Elle a su prendre position sur un sujet tabou avec beaucoup de douceur, de finesse et de justesse. Les différents avis sur l'euthanasie s'affrontent entre les pages de ce roman mais à aucun moment je n'ai remis en question de le choix de Camille, aussi difficile à concevoir soit-il. 
J'applaudie la manière dont l'auteure a su traiter un tel sujet sans tomber dans le mélodrame et tout en gardant une petite lueur d'espoir. 


Bilan


Quand la nuit devient jour n'est pas tout à fait ce à quoi je m'attendais... Enfin, le début l'est mais je n'imaginais pas du tout que l'histoire prendrait cette tournure. Ca m'a surprise mais au final, j'ai aimé que ce roman ne soit pas que noir et que des petites touches de bonheur ponctuent le récit... 
Maintenant que je l'ai lu, c'est à mon tour de le conseiller. Je pense que c'est un roman qu'il faut se donner la peine de lire. Alors, oui, il n'est pas super gai et j'ai éclaté en sanglot à plus d'un moment mais, il est écrit avec tant de justesse, de simplicité et d’authenticité. C'est magnifique et ça ouvre les yeux sur le fait que parfois, il fat juste accepter les choix des gens, sans se le reprocher. 




Bonne journée 
Bisous
💛

Camille

13 commentaires:

  1. Ce roman est tellement particulier et fort... :D

    RépondreSupprimer
  2. Un roman qui me faisait très envie depuis sa sortie et maintenant qu'il est sorti en format poche je pense bien me le procurer.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai toujours pas passé le cap de la lecture.. Il faudrait vraiment que je m'y mette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca se lit plus facilement que ce que je craignais

      Supprimer
  4. Depuis qu'il est sorti en poche, je me tâte furieusement à l'acheter, mais j'ai tellement peur d'être bouleversée... Je ne sais pas si je suis dans le bon état d'esprit pour le lire tout de suite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends mais il est moins lourd que ce que à quoi je m'attendais

      Supprimer
  5. Une lecture très sympa mais surtout touchante. Super chronique :)

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour!
    Voici le premier article de ton blog que je lis !
    Alors je connais Sophie Jomain depuis des années mais j'avoue que j'ai du mal à me lancer dedans, malgré le fait que comme toi j'ai entendu que des avis positifs... Je sais qu'un jour je le lirai mais j'avoue que je ne sais pas quand, il faudrait déjà que je le mette sur ma liseuse ça me donnerait peut être une motivation supplémentaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais peur aussi et une copine m'a forcé la main en me l'offrant. Je suis contente d'avoir passé le cap parce que c'était une super lecture !

      Supprimer
  7. Bonjour!
    Voici le premier article de ton blog que je lis !
    Alors je connais Sophie Jomain depuis des années mais j'avoue que j'ai du mal à me lancer dedans, malgré le fait que comme toi j'ai entendu que des avis positifs... Je sais qu'un jour je le lirai mais j'avoue que je ne sais pas quand, il faudrait déjà que je le mette sur ma liseuse ça me donnerait peut être une motivation supplémentaire !

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire me fait toujours très plaisir ♥

Retrouvez-moi aussi sur...

Mes dernières chroniques :  

Toutes les maisons d'édition :  
Tous les genres:  

Tous les genres