Retrouvez-moi aussi sur...

Mes dernières chroniques :  

mercredi 24 février 2016

Le vide de nos cœurs de Jasmine Warga - Une histoire émouvante sur un sujet difficile

Bonsoir,

Je vous propose ce soir une petite chronique sur un livre dont j'avais entendu parler l'année dernière et qui était donc depuis quelques mois dans ma PàL : Le vide de Nos Cœurs de Jasmine Warga, un magnifique roman young adult sur la dépression chez les adolescents.
Si tous les jours ressemblaient à celui-ci, je ne crois pas que je serai si pressée d'en finir. Le problème, c'est que la neige au mois de mars, c'est un miracle. Or on ne peut pas passer sa vie à attendre un miracle. 
Titre : Le vide de Nos Cœurs (My Heart and the Other Black Holes en VO)
Auteur : Jasmine Warga
Date de publication : 15 mai 2015 (2015 en VO)
Editions : Hugo & Cie 
Pages : 303 
Résumé :
À 16 ans, Aysel n'a qu'une obsession : planifier sa propre mort à la perfection. Entre sa mère qui la regarde à peine, ses camarades de lycée qui l'évitent, et son père responsable de l'accident fatal qui a marqué sa petite ville à jamais, pour Aysel la vie est devenue trop lourde à supporter. Seul problème, elle n'est pas sûre d'y arriver seule. C'est alors qu'elle découvre Suicide Partners, un site qui lui permettra de trouver le compagnon idéal. Et c'est FrozenRobot, alias Roman, victime d'une tragédie familiale, sur qui elle jette son dévolu. Aysel et Roman n'ont rien en commun, mais ils commencent à apprivoiser leurs failles. Alors que la date fatidique approche, Aysel va devoir choisir entre son envie de mourir et celle de convaincre Roman qu'il ne devrait pas se sacrifier. Et Roman n'est pas du genre facile à persuader...


Deux adolescents seuls dans leur chagrin 
Aysel est en dépression depuis environ trois ans, depuis que son père à commis l'irréparable. Après l'incarcération de son père, Ayzel s'est isolée, s'est renfermée sur elle-même, s'est éloignée des ses quelques amis et de sa famille dont elle n'était déjà pas très proche à la base. Elle a peur que la folie de son père soit héréditaire et qu'à son tour, elle devienne comme lui.
Les gens passent leur temps à rabâcher que "le suicide, c'est la voie des lâches". Et je suppose qu'ils n'ont pas tort. Moi, en l’occurrence, j'abandonne, je capitule. 
On sent vraiment qu'Ayzel est fatiguée de la vie, fatiguée d'être triste, fatiguée d'avoir peur... Elle veut en finir et s'inscrit sur un forum de soutien pour se suicider. Ce site propose même des annonces pour trouver un partenaire de suicide, quelqu'un pour vous encourager et éviter les "ratés". C'est comme ça qu'elle tombe sur l'annonce de FrozenRobot qui est déterminé à finir ses jours le 7 avril prochains, soit dans 26 jours exactement.
Lorsqu'ils prennent rendez-vous pour se rencontrer, Roman, de son vrai nom, n'a rien a voir avec le suicidaire qu'Ayzel avait imaginé : il est plutôt mignon dans le genre sportif et populaire. Elle ne comprend pas ce qui pourrait le pousser à vouloir mourir et ça l'intrigue. Néanmoins, elle va vite se rendre compte qu'il souffre d'une grosse culpabilité qui l'étouffe complètement et qu'il est sacrément déterminé.
Ses yeux noisette sont grands ouverts mais éteints. Pour la première fois, j'en ai l'intime conviction. FrozenRobot ne plaisante pas : il veut mourir. 

Un début d'amitié limitée dans le temps
Pendant les 26 jours précédant leur suicide, Roman et Ayzel vont se voir plusieurs fois pour s'organiser et vont se lier d'amitié. Le plan de Roman est de faire croire à sa mère qu'il sort avec Ayzel parce qu'elle le surveille très attentivement et il aura besoin qu'elle le laisse sortir, ce fameux 7 avril. Ca n'est pas du tout du goût d'Ayzel qui va se mettre à culpabiliser un peu plus à chaque rencontre avec la mère de Roman qui est vraiment adorable.
Ce n'est plus une personne avec qui je veux mourir mais la personne avec qui je veux vivre. 
Ayzel est cynique et assez drôle. J'aime bien sa passion pour la science qu'elle voit comme une vraie philosophie de la vie.  Elle va beaucoup se rapprocher de Roman et on sent que leur complicité, leur attirance est réciproque mais si Ayzel est prête à remettre ses plans en question, ce n'est pas du tout le cas de Roman qui ne la laissera en aucun cas le faire changer d'avis.
- Tu es comme un ciel gris : belle mais sans le vouloir. 

Le roman est assez court avec seulement 303 pages, les chapitres sont très brefs et je me suis laissée emporter par cette histoire que j'ai lu en mois de 24h. Je ne pouvais pas le lâcher parce que si je commençais à me dire qu'il y avait une chance pour qu'Ayzel s'en sorte, la détermination de Roman me faisait de plus en plus peur. En lisant les dernières pages, j'étais dans un sacré état de stress ! 

Bilan
Sans être un coup de coeur, j'ai beaucoup aimé cette histoire que j'ai trouvée très juste dans les sentiments et les émotions. J'avais un peu peur de tomber sur quelque chose de cliché et volontairement trop larmoyant mais on en est très loin. J'ai vraiment ressenti le mal-être d'Ayzel et de Roman. C'est une vraie lassitude de la vie, une certitude que rien ne s'arrangera véritablement. Ce n'est pas une décision qu'ils ont pris sur un coup de tête mais un choix mûrement réfléchi.
C'est assez horrible de voir que leurs familles respectives ne voient pas ce qui se trame...

Heureusement, grâce à Ayzel, Le vide de nos Coeurs est aussi et surtout un joli message d’optimisme.
Je me fais une promesse : je serai plus forte que ma tristesse.  


Je vous souhaite une belle soirée et une excellente fin de semaine !
Bisous ♥ ♥ ♥




6 commentaires:

  1. Je l'ai en ebook ! Ton avis me donne envie de me jeter sur l'histoire ^^ Toutefois, ce n'est pas possible : trop de livres à lire ;)

    RépondreSupprimer
  2. A moi aussi tu me donnes très envie. Mais il va devoir encore attendre un peu, le pauvre ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait, moi aussi j'ai 1 000 000 de livres à lire !

      Supprimer
  3. J'ai repéré ce livre en librairie et j'ai longuement hésité à l'acheter. Tu me fais regretter de ne pas l'avoir pris finalement ^^ Mais j'en avais déjà tellement dans les mains !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tellement !
      Hier je suis allée en librairie et je me suis faite violence pour reposer des livres !

      Supprimer