Retrouvez-moi aussi sur...

21 octobre 2015

Le Joyau d'Amy Ewing - Un univers brillant !

Bonjour,

J'ai lu pas mal de livres pendant mes 3 semaines de vacances (7 pour être exacte) et pourtant, je ne vous en ai parlé que d'un seul... La vilaine !
Aujourd'hui j'ai donc eu envie de revenir sur celui que j'ai préféré : Le joyau d'Amy Ewing qui est en fait le premier tome de la saga du même nom. J'avais vu énormément d'articles positifs sur ce roman, c'est donc sans grande appréhension que je me suis plongée dedans !

— Est-ce que cette vie vous convient ?
— Non. Cette vie, ce n’est pas moi qui l’ai choisie.

Titre : Le joyau
Saga : Le joyau
Auteur : Amy Ewing
Date de publication : 18 septembre 2014 (2 septembre 2014 en VO)
Editions : Robert Laffont (R)
Pages : 452 pages
Résumé :
"Qui dit Joyau dit richesse. Qui dit Joyau dit beauté. Qui dit Joyau dit royauté. Mais pour les filles comme Violet, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n'importe quelle servitude : Violet est née et a grandi dans le Marais avant d'être formée dans l'optique de devenir Mère-Porteuse pour la royauté. En effet, au sein du Joyau, la seule chose qui prime sur l'opulence et le luxe, c'est la descendance..."

Encore une dystopie ? 
J'ai beau lire beaucoup de dystopie, j'ai toujours peu de tomber sur des univers redondants et d'avoir une impression de déjà-vu. Je touche du bois parce que pour le moment, je n'ai pas (encore ?) connu ça ! Entre Hunger Game, Divergent, The Book en Ivy ♥, Red Rising ♥, Phobos... c'est avec joie que je me plonge toujours dans de nouveaux univers que j'adore (et déteste) découvrir !
Le joyau est, en fait, le cœur de la Cité Solitaire. Cette cité est divisé en 5 cercles concentriques allant des quartiers les plus pauvres (Le Marais) jusqu'au centre, le Joyau, où vivent les nobles.
Les nobles ne font plus d'enfants, ils ne peuvent pas laisser leur descendance au hasard et ont recours à des mères porteuses. Ces mères sont des jeunes filles sélectionnées dans le Marais pour leurs aptitudes "magiques" à ce qu'ils appellent des augures. Elles ont la faculté de modifier les choses (forme, couleur...) par la pensée et donc de modeler les enfants qu'elles doivent avoir selon les volontés des parents.
Dès leur plus jeune âge, les jeunes filles démontrant ces aptitudes sont envoyées à l'Etablissement où elles seront entraînées avant d'être vendues aux enchères pour aller vivre avec leurs propriétaires.

Nous aurons tout. Absolument tout. Sauf la liberté. 
Étrangement, on oublie toujours de nous mentionner ce détail.

Dans les dystopies, on est souvent scandalisés par les situations des personnages. En même temps, si c'était tout beau tout rose, on n'aurait pas besoin de se révolter... Mais là, franchement, ils ont fait fort. Ce que vont vivre Violet, Raven et leurs amies est juste horrible ! J'ai eu envie de jeter mon livre par terre tellement j'étais choquée !
Les filles sont donc entraînées puis vendues aux enchères. Elles perdent alors leur identité et sont sont plus qu'un numéro de lot pour lesquelles les nobles les plus riches se battent pour les acheter. Elles sont ensuite emmenées dans les maisons de leurs propriétaires respectives où elles restent cloîtrées. Enfin, sauf quand leurs maîtresses décide d'aller se pavaner pour exhiber leur jolie mère porteuse qu'elles promènent en laisse. En laisse !! 

Je ne comprends pas, mais ses paroles m'effraient.

Elle déplie l'objet argenté, et mon ventre se noue.
C'est une laisse.


Des personnages combatifs 
Violet, elle n'est pas du genre à se laisser abattre. Elle ne veut pas oublier son nom, sa famille, sa meilleure amie, Raven qui s'est fait acheter par la voisine, la duchesse de la Pierre.
Elle a, quant à elle, été achetée par la duchesse du Lac. Au début, je me suis dit qu'elle n'était peut être pas si mal tombée comparée à d'autres mais j'ai vite déchanté. La duchesse est d'une cruauté sans pareille et je l'ai détestée de toute mon âme. Elle est reine dans l'art de la manipulation en étant tantôt gentille et mielleuse avec Violet puis en lui faisant une démonstration de force pour lui prouver qu'elle ne peut qu'obéir.
Malheureusement, on ne voit que très peu Raven mais on sent que ça se passe encore plus mal pour elle...
Le personnel n'est pas vraiment autorisé à interférer avec la mère porteuse alors Violet ne voit que très peu de personnes. Mes préférés sont Annabelle, sa femme de chambre qui fait tout pour rendre sa vie supportable et surtout Lucien qui a été chargé de sa préparation lors de la vente. On le revoit plusieurs fois au cours de l'histoire et il est farouchement opposé à l'utilisation des mères porteuses. Il me rappelle un peu Cinna d'Hunger Game.
Le casting ne serait pas parfaits sans les deux apprentis ducs et duchesse de la maison, j'ai nommé Carnelian, la nièce de la duchesse et accessoirement garce de service et Garnet, le golden boy de la maison assez peu intéressant. Par ses frasques, il apporte quand même quelques scènes rigolotes qui mettent la duchesse mal à l'aise. Je l'aime bien, j'aurais aimé qu'il ai un rôle plus important.
Enfin, le seul point négatif de ce roman c'est Ash. C'est le compagnon de Carnelia, compagnon signifiant escort boy... Comme Violet, il est la propriété de la duchesse et doit se plier à toutes ses volontés. Ce sera le love interest de Violet mais je ne sais pas pourquoi, je n'ai jamais adhéré à ce personnage. J'ai trouvé leur histoire trop rapide, mal approfondie et Ash creux. Limite, j'ai attendu jusqu'à la fin en me demandant s'il était vraiment un gentil....

Je suis enchaînée. Dissimulée sous un voile. Pour la première fois depuis mon arrivée, j’ai vraiment le sentiment d’être prisonnière.


Bilan
Le joyau n'est pas passé loin du coup de coeur ! J'ai adoré l'histoire et la description de cette société   choquante et révoltante. Il y a plein de rebondissements et ce, jusqu'à la dernière ligne. Violet est une jeune femme forte, intelligente et déterminée que j'ai adoré suivre. Les personnages secondaires sont tous parfaitement adorables ou détestables dans leurs rôle avec un bémol pour Ash qui m'a complètement laissée de marbre. C'est dommage parce que même si l'histoire d'amour n'est pas le but premier de la dystopie, ce n'est pas non plus un point négligeable.  



J'étais vraiment frustrée quand ce tome a été terminé ! Heureusement que l'on termine avec une bonne nouvelle : une sortie prévue en septembre pour le tome 2 (qui n'est en réalité sorti que mi-octobre mais bon, c'est quand même pas mal) !
De plus, afin de patienter, une nouvelle : La Maison de la Pierre nous permet de revoir cette première histoire de l'autre coté du mur, du point de vue de la pauvre Raven qui se fait lobotomiser par sa maîtresse. Je vous en dis plus dès que je l'ai lu !
J'ai hâte de lire la suite !


Je vous embrasse et vous souhaite une bonne lecture !
♥♥♥♥♥




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire