Retrouvez-moi aussi sur...

Mes dernières chroniques :  

jeudi 12 mars 2015

Pierre Szalowski, l'écrivain qui nous montre que la vie est belle...

Bonjour, 

J'ai pas mal lu depuis que j'ai quitté la blogo et j'ai eu quelques gros coups de coeur récemment. Pourtant, j'avais envie de vous parler de deux romans que j'ai lu il y a un peu plus de temps : Le froid modifie la trajectoire des poissons et Mais qu'est-ce que tu fais là tout seul ? de Pierre Szalowski.




Même si je choisi le plus souvent mes livres en fonction des conseils que me donnent mes amies, ma famille ou encore ceux de la blog, j'adore me promener dans les librairies et acheter des livres dont le titre est accrocheur. C'est comme ça que j'avais acheté Ne dites pas à ma mère que je suis voyante, elle me croit libraire à Vancouver (une chick-lit très sympa) ou encore Les moustaches de la sagesse, conte du roi Salomon qui tomba des étoiles et La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel (tous deux dans ma PàL). Lorsque j'ai vu dans les rayons de France Loisirs Le froid modifie la trajectoire des poissons, je n'ai pu que craquer. J'ai bien fait, ce livre a été un coup de cœur absolu.

Pierre Szalowski est un vrai touche à tout canadien. Il a été journaliste de presse, rédacteur en chef, graphiste, conseiller en communication politique, concepteur de logiciels éducatifs et j'en passe. Avant de devenir écrivain il s'est aussi consacré aux jeux vidéos et a été scénariste d'un film Ma fille mon ange (avec Karine Vannasse de Revenge et Pan Am). (source)


Le Froid Modifie la trajectoire des poissons


Publié en 2010 (poche en 2012)

Résumé :
"4 janvier 1998, Montréal Un garçon de dix ans apprend que ses parents vont se séparer. Désespéré, il demande au ciel de l'aider. Le lendemain débute la plus grande tempête de verglas que le pays ait jamais connue. Ce déluge de glace n'empêche pas son père de quitter la maison. Mais des événements incroyables ou anodins vont faire peu à peu basculer la vie du voisinage. Julie, danseuse en mal d'amour, accueille chez elle Boris, scientifique égocentrique, qui ne vit que pour ses expériences sur les poissons; Michel et Simon, les deux "frères" si discrets, qu'on ne voit jamais ensemble, ouvrent leur porte à Alexis, leur voisin homophobe. Le grand gel va progressivement changer la vie de tous les habitants de cette rue... pour le meilleur"

Ce roman est un concentré de bonheur, de bonne humeur et d'amour. A cause d'une grande tempête canadienne, les personnages les plus différents vont se rencontrer, s'apprécier et faire tomber tous leurs à priori. Ils sont tous bourrés de préjugés à la noix et ils vont apprendre, au contact des autres une bonne leçon d'humanité. 

J'ai beaucoup aimé le mélange des personnages qui sont tous forts attachant et que l'histoire soit avant tout portée par un enfant persuadé que cette tempête est de sa faute, parce qu'il a demandé au ciel de l'aider. L'aider, pour que ses parents ne se séparent pas.



"Elle avait connu les amours à l'imparfait dans son passé, si simple. Elle le découvrait dans son présent au plus-que-parfait, et elle croyait enfin en son futur." 


"L'amour c'est comme un taxi, s'il ne s'arrête pas et qu'on lui court après, c'est qu'il est déjà pris. Pour l'attraper, il faut simplement savoir l'attendre au bon endroit." 



Mais qu'est ce que tu fais là tout seul ?


Publié en 2012 

Résumé : 
"Le 24 décembre, dans un palace déserté de Montréal, Martin Ladouceur, célibataire endurci, s’apprête à passer le pire réveillon de sa vie. Avec pour seule compagnie un concierge protocolaire, un groom débutant et une femme de chambre timide, l’ex-légende du hockey canadien se retrouve, en prime, au régime sec, sans strip-tease ni grands crus.
Mais contre toute attente, en cette nuit de Noël, un petit bonhomme va lui offrir le plus beau des cadeaux. Et, comme par magie, la terreur des patinoires découvrira un sentiment qu’il ignorait jusqu’alors."

J'ai adoré lire ce second roman même si je ne le trouve pas aussi bon que le précédent. Dans cette histoire on ne suit qu'un seul personnage principal et Martin Ladouceur est loin d'être agréable au début du livre ! Il est même particulièrement macho et sans coeur. Heureusement les personnages secondaires sont là pour détendre l'atmosphère, surtout le chauffeur de taxi qui a des airs de vieux Rafiki (le vieux singe du Roi Lion) et le concierge qui est probablement le seul canadien qui n'aime pas le hockey 
Là encore, c'est un enfant qui est au coeur de l'histoire et qui va apprendre à Martin à changer sa vision de sa propre vie et en changer ses attentes. On suit peu à peu son évolution au contact de cet enfant, sa mère et son ancien collègue pas si rangé. 
On apprend avec Martin qu'il n'est jamais trop tard pour changer...


"On pense souvent que les enfants ne comprennent rien, alors qu'ils saisissent bien des choses. Et si on prétend que la vérité sort de leur bouche, c'est qu'à défaut de la connaître, ils posent souvent la bonne question."

Alors oui, c'est mielleux, plein de bons sentiments... mais qu'est ce que ça fait du bien ! Ces deux romans sont comme des "livres doudous" que l'on a envie de feuilleter lorsqu'on a un coup de blues et qui nous réchauffent le cœur.

Petit détail sympa, comme ces livres sont écrits par un canadien, on retrouve des petites expressions trop rigolotes du style "Tabarnak" qui est un vulgaire juron !



Bonnes lectures !

Bisous



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire